à la baguette !

De nos jours, sa pratique est bien établie, assimilée. Mais son usage reste un mystère pour les non-initiés, et il faut bien admettre que cela apporte un peu de magie.
Mais d’où peut bien provenir la baguette du chef d’orchestre ?

Autrefois, la direction de l’orchestre était confiée à un des musiciens, qui exerçait cette charge depuis sa place. Ainsi, cette tâche incombait-elle souvent au premier violon, qui dirigeait alors ses pairs avec son archet. Elle pouvait aussi échoir à un autre musicien, comme le claveciniste ou l’organiste, qui utilisait dans certains cas un rouleau de papier, pour marquer la pulsation.

On sait aussi qu’à l’époque baroque, des compositeurs tels que Jean-Baptiste Lully (1632-1687) marquaient la mesure à l’aide d’une sorte de canne (qui est d’ailleurs à l’origine de la mort du précité, mais ça c’est une autre histoire).
Avec le temps, la musique s’est complexifiée et le rôle de chef d’orchestre a peu à peu pris son indépendance pour devenir une fonction à part entière.On constate que l’usage de la baguette, devenue seul outil de direction, ne s’est généralisé qu’au 19e siècle, sans doute inspirée des pratiques précédentes.

Elle ne fait cependant pas l’unanimité longtemps puisqu’à la fin du 19e (ou au début du 20e siècle), Vasily Safonov (1852-1918) est déjà présenté comme le premier chef d’orchestre à diriger entièrement « à mains nues », suite à un oubli lors d’une répétition.

Avec ou sans baguette, le chef d’orchestre conduit ainsi les musiciens en silence et selon des règles bien établies. Et nous, public, profitons des nuances et du tempo imprimés à l’ensemble.

This entry was posted in intro to music and tagged , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to à la baguette !

  1. tony says:

    (…) “(qui est d’ailleurs à l’origine de la mort du précité, mais ça c’est une autre histoire).”
    laquelle est-ce ? :-)

  2. Eve says:

    Bonjour Tony,
    Lully se serait énervé contre son orchestre dont il n’était pas satisfait au cours d’une représentation devant le roi. Rageur, il a frappé fort avec son baton, mais sur son orteil. La blessure s’est infectée, il a refusé qu’on lui coupe la jambe (car il était danseur) et la gangrène l’a emporté.

  3. Pingback: Orchestra Conductors ; what are their added-values ? | Mecenagora soloist scholarships

  4. Laetitia says:

    Le 6 décembre 2011, le Freiburger Barockorschester avec Philippe Jaroussky donnaient un concert sous la direction de Petra Müllejans. Concert étonnant, car le chef orchestre était notamment le premier violon. Elle s’était placée dans le corps de l’orchestre et malgré tout elle arrivait à diriger l’ensemble! Ils jouaient avec une telle précision et dans un style très enlevé!
    Concert présentant le répertoire de Handel! C’était magnifique mais on aurait aimé que Jaroussky varie les compositeurs (dans l’un des bis, ils ont interprété du Porpora). Apparemment, c’était le choix du contre-tenor, comme mentionné dans Le Soir:
    “A Bruxelles, vous vous produirez avec le formidable orchestre baroque de Freiburg. Pourquoi seulement dans Haendel ?
    C’est un rêve de se produire avec cet orchestre. Eux espéraient sans doute un programme plus original du type « Caldara » ou « J.C. Bach ». Mais, moi, je ne pouvais pas résister au plaisir de chanter Haendel avec ces formidables interprètes. C’est une musique d’une incroyable puissance dramatique qui en même temps recèle déjà toutes les clefs du bel canto. Nous avons panaché des airs très connus de Giulio Cesare ou Alcina avec des pages moins connues de Radamisto, Oreste ou Riccardo Primo.” extrait du journal, Le Soir, “Jaroussky, contre-ténor aux mille facettes”, de Serge Martin, 30 nov. 2011 http://www.lesoir.be/culture/musiques/2011-11-30/jaroussky-contre-tenor-aux-mille-facettes-880566.php

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>